Maison d’Ecole du Bourg-Buisson

Il ne demeure pas ou peu de traces de la Mairie du Bourg-Buisson et situer son emplacement précis s’avère ardu. Toutefois, on peut supposer qu’elle donnait sur la Route de Coutances, ou bien n’en était guère éloignée. A l’époque, l’autre rue assez importante susceptible de l’accueil aurait été la rue Guillaume Michel qui était alors peu étendue et essentiellement implantée de divers artisans et manufactures.

Pour comprendre comment les premières écoles ont progressivement fait évoluer l’alphabétisation des jeunes français, il faut se souvenir que ce n’est qu’en 1795 que la loi impose au moins une école par canton, et ce, seulement pour les garçons.

Il faut attendre 1833 pour que la loi Guizot ne contraigne chaque commune à en posséder une.

A cette époque, l’école n’est pas obligatoire. Agneaux compte environ 65 élèves inscrits mais l’absentéisme ramène la fréquentation réelle à 55.

On appelle la Maison École l’école pour garçon qui jouxte la maison commune (mairie).

L’annexion du Bourg-Buisson en 1966 ne fit chuter que légèrement le nombre d’élèves. On aurait pu croire à une perte plus grande mais les réformes instaurées sous Napoléon III par Victor Duruy (obligation et gratuité de l’école) avaient déjà contribué à changer les mentalités.

Les enseignants dont on a retrouvé traces sont :

  • M. Alexandre Lesouef : de 1839 à 1942
  • M. Dupré : de 1842 à 1845
  • M. Quenault : de 1845 à 1847
  • M. Théodore Ledormeur : de 1847 à 1856
  • M. Victor-Julien Cousin : de 1856 à 1860
  • M. Lecanu : de 1860 à 1862
  • M. Victor Perra : de 1862 à 1868

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Ne perdons rien du passé car ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir ». Anatole France