1935-1971 : (LEMONNIER) De GOUVILLE Pierre

Du 19 Mai 1935 à Mars 1971

Pierre De GOUVILLE est sans conteste l’un des maire les plus emblématiques d’Agneaux.

Il devient maire le 19 Mai 1935 alors qu’il venait juste d’être élu au conseil, choisit par les conseiller plutôt que Louis LEDANOIS. Il avait alors à peine 40 ans.

Né à Dinan le 14 Septembre 1895, il arrive sur Agneaux en 1902 quand son père s’installe dans la demeure de la Palière dont il a hérité en 1894.

Il épouse à Caen le 30 Mai 1922 Charlotte TRINITE. Ils ont ensemble 8 enfants.

Il s’engage en Avril 1914 pour servir la France dans la Grande Guerre. Membre du 8ème régiment de cuirassiers, il est blessé par deux fois en Octobre 1915 (éclats de bombe) et en Avril 1918 (intoxication par les gaz). Il est cité 3 fois à l’ordre du régiment et reçoit la médaille de la Légion d’Honneur en Juillet 1926 ainsi que la Croix de Guerre 3 étoiles Bronze.

Pierre De GOUVILLE est rappelé le 24 Août 1939 pour servir comme capitaine de réserve avant d’être démobilisé le 14 Septembre 1940. On sait qu’il officiait comme chef d’un réseau de résistance lié aux renseignements, rattaché à l’ O.C.M.(Organisation Civile et Militaire). Il soutient également la population en :

  • cachant de nombreux jeunes afin de leur éviter le Service de Travail Obligatoire (S.T.O.)
  • empêchant tant que possible les réquisitions d’hommes et de chevaux par les allemands
  • organisant kermesses et collectes au profit des prisonniers.

En Juillet 1942, chassée de la Palière par l’État-Major allemand, la famille s’installe rue Henri-Amiard à Saint-Lô.

En 1944, fuyant les bombardements vers Baudre, il décide finalement de rentrer sur Agneaux où était sa place. Femme et enfants rejoignent alors Agneaux en passant par le Rocreuil et le Boscq pour trouver refuge dans une maison vide à la Butorerie. Craignant d’être trop exposés, Mme De GOUVILLE convainc son mari de gagner le Campart où de nombreux réfugiés se trouvent déjà : la maison ainsi laissée est détruite quelques jours plus tard…

Pierre De GOUVILLE décide de coordonner non sans mal l’aide apportée à la population agnelaise réfugiée à travers la commune en prenant  soin de n’oublier ni les gens âgés ni les handicapés. Son stock de tabac sert de monnaie d’échange de nombreuses fois pour obtenir tel ou tel avantage. Il intervient aussi souvent pour empêcher les belliqueux de s’attaquer aux allemands, au risque de provoquer de sanglantes ripostes.

L’ordre général d’évacuation d’Agneaux des 6 et 7 Juillet 1944 les fait, lui et sa famille, gagner Isigny-le-Buat (en passant par Notre-Dame-de-Cenilly et Brécey) équipés d’une brouette plein de tabac !

Le retour sur Agneaux se fait aux alentours du 14 Août. Leur demeure de la Palière ayant servi 7 à 8 jours de théâtre pour les forces armées américaines, ils s’installent en attendant au presbytère. Le retour chez eux se fait dans le dénuement le plus total du fait des dégâts occasionnés par les tirs d’ artillerie et les pillages successifs…

Il œuvre grandement à la reconstruction d’Agneaux d’après-Guerre et est acteur de son urbanisation.

Responsable départemental du parti Gaulliste, sa demeure de la Palière accueille un meeting où plus de 1500 personnes se sont réunies pour soutenir le Général de Gaulle qui avait pour l’occasion fait le déplacement. On lui décerne plusieurs médailles d’honneur départementales le 1er Mai 1958 (Argent) et le 1er Janvier 1968 (Vermeil).

Il décide en 1971 de ne pas se représenter aux élections.

Il décède le 21 Septembre de la même année à Trélazé (Maine et Loire).

Origines familiales

Son père, Alain LEMONNIER De GOUVILLE, est issu d’une vieille famille de la région descendant de Guillaume LE MONNIER, inhumé à Baudre en 1608.

Il était le petit-fils de Louis De GOUVILLE (1828-1922), juge à Avranches, à Valognes, à Saint-Lô et de sa première femme Blanche-Delphine LABBEY (1830-1866).

Il est à noter que la famille De GOUVILLE s’est fortement impliquée dans la vie municipale.

Ainsi, Bernard de GOUVILLE, frère cadet de Louis de GOUVILLE est adjoint de 1928 à 1935.

Jacques de GOUVILLE, fils de Pierre de GOUVILLE, devient le 1er adjoint d’Edmond PIEDAGNEL en 1971.

Une réflexion sur “ 1935-1971 : (LEMONNIER) De GOUVILLE Pierre ”

  1. Bonjour,
    je recherche depuis longtemps un très bon ami de promo de l’ESC Pau : Thomas Le Monnier de Gouville. Nous avons fait nos premiers pas de théâtre ensemble il y a environ 23 ans !
    Le connaissez-vous ?
    Si oui, merci de me donner ses coordonnées.
    H Le Gallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Ne perdons rien du passé car ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir ». Anatole France